Skip to main content

Source: АrсhDаilу

Maison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero

Maison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie extérieure, Fenêtres

Maison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie extérieure

Description textuelle fournie par les architectes. Le quartier « Villa Ortuzar » dans la ville de Buenos Aires se caractérise comme un quartier résidentiel à petite échelle avec de nombreux arbres.

Maison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie extérieure, Fenêtres, Façade, Poutre

Le coin où se situe la résidence a été pendant de nombreuses années, le lieu d’un kiosque de quartier. Au cours de la première moitié du XXe siècle, de nombreux coins de Buenos Aires ont rempli une fonction secondaire au sein du quartier en tant que point de rencontre. Dans ce cas – Le petit Kiosque de Fidel -. Afin de respecter cet héritage, ainsi que l’échelle de la construction d’origine, le processus de conception a pris comme point de départ la récupération et la revalorisation du bâtiment, en laissant intacte sa coque en briques apparentes.

Maison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie d'intérieur, Façade, Poutre, CourMaison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie extérieure, Fenêtres, Façade, Poutre

La maison est résolue sur trois étages avec une structure en profilé d’acier HEB 160, un élément qui ordonne et organise toutes les décisions structurelles. la directionnalité des fenêtres répond à la courbure des tôles ondulées du sous-plancher, rendant leur connexion beaucoup plus harmonieuse.

Roseti House / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie extérieure, Fenêtres, Brique, Façade, JardinMaison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Image 42 sur 52Maison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie d'intérieur, Fenêtres, Façade, Poutre, Terrasse

Cette structure sert de base et offre une totale liberté pour le reste des éléments de l’enceinte. Au rez-de-chaussée et au premier étage, de grandes fenêtres coulissantes en bois offrent des limites flexibles. Au deuxième étage, où se trouvent les chambres, une série de 10 panneaux vitrés font office de fenêtres, alternant fenêtres fixes et ouvrantes.

Maison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie d'intérieur, Fenêtres, Façade, PoutreMaison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie d'intérieur

Ce jeu entre ouverture et rigidité donne lieu à l’exploration du rapport des usagers entre le domestique et l’intime avec l’interaction avec la ville. Profitant de la hauteur d’origine de l’ancien kiosque d’angle, la maison y est montée, obtenant ainsi une vue dégagée vers la Villa Ortuzar sans compromettre l’intimité de l’utilisateur ni l’irruption de l’identité du quartier. Fonctionnellement, il répond de la même manière : le rez-de-chaussée, qui a une relation directe avec la ville, a une utilisation plus flexible, permettant l’incorporation d’un espace de travail sans perturber la dynamique familiale des autres étages.

Maison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie d'intérieurMaison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie d'intérieur, Table, Fenêtres, Poutre, TerrasseMaison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Image 43 sur 52Maison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Image 44 sur 52Maison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie extérieure, Façade

Comme la maison est orientée au nord, différentes résolutions sont pensées pour chaque étage : zones d’entrée semi-couvertes au rez-de-chaussée, avant-toit au premier étage et brise-soleil au deuxième étage, se terminant par une terrasse à ciel ouvert.

Maison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie extérieure, façade, main courante

Il y a une relation ludique entre les étages ; avec différents mécanismes utilisés avec les terrasses, les balcons et les demi-couvertures, la compréhension spatiale du bâtiment dans son ensemble n’est jamais perdue. L’utilisateur a toujours une référence visuelle du reste des étages, réalisant ainsi un type de vie plus actif : l’architecture ne prend pas de place en arrière, mais implique et défie l’utilisateur d’interagir avec elle.

Maison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie d'intérieur, Cuisine, Table, Poutre, Chaise, Fenêtres, TerrasseMaison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie d'intérieur, cuisine, poutreMaison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Image 50 sur 52Maison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie d'intérieur, cuisine, éclairage, faisceau

Comme touche finale, un grand frêne situé sur le trottoir de la maison offre des couleurs et des visuels variés tout au long de l’année.

Maison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie d'intérieur, escaliers, main couranteMaison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie d'intérieur, Escaliers

Le défi architectural dans la conception de cette maison a toujours été de réaliser une construction moderne et intégrale sans perdre la valeur historique du coin du quartier. Dans le processus de conception, l’accent a été mis sur la recherche d’un terrain d’entente entre la sécurité et l’ouverture, l’héritage et la modernité, la communauté et la vie privée.

Maison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie d'intérieur, Chambre, LitMaison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie d'intérieur, fenêtres, main couranteMaison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie d'intérieur, Lit, ChambreMaison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Image 45 sur 52Maison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Photographie d'intérieur, Beam

Ce terrain d’entente est l’architecture, qui mêle les dynamiques familiales et de quartier sans ôter l’identité de la ville.

Maison Roseti / Griselda Balian + Estudio Damero - Image 41 sur 52
Source: АrсhDаilу

Leave a Reply