Skip to main content

Source: АrсhDаilу

5 installations inaugurent le Festival d’architectures de Barcelone modèle

Le 5 mai, la première édition de Model. Le Festival d’Architecture de Barcelone a été inauguré. Un événement organisé conjointement par la Mairie de Barcelone et l’Association des architectes de Catalogne (COAC) qui nous rapproche de l’architecture expérimentale et nous aide à repenser la façon dont nous voulons vivre ensemble à travers de nouveaux modèles de ville et de nouveaux imaginaires.

La réunion est un prélude à une annonce bien méritée de la Capitale mondiale de l’architecture UIA-Unesco de Barcelone 2026. C’est une invitation à nous demander ce que signifie cette désignation dans une société diversifiée et globale, et à une époque où le modèle de ville doit être redéfinie, repensée et révisée à toutes les échelles afin de répondre aux multiples crises systémiques de notre époque. Pour ces raisons, l’objectif principal de cette première édition est l’idée de repousser.

À quels conflits, internes et externes, les villes devront-elles faire face ? Pourrons-nous continuer à construire des bâtiments, des rues, des places et des parcs comme nous l’avons fait par le passé ? Avec quels matériaux ? Avec quelle énergie ? Adapté à quelles températures, à quelle échelle, pour qui ? – sont quelques-unes des principales questions que ce festival, dirigé par les directeurs artistiques Eva Franch I Gilabert, Beth Galí et le chercheur culturel José Luis de Vicente – et rejoints par les commissaires Ethel Baraona (Model Books), Álex Giménez (Model Thinking) , Nuria Moliner, Eva Serrat et Francesc Pla (Installations) – cherche à enquêter.

Arca de Convivencia / Ronda de Sant Antoni.  Equipe: LEA Atelier et TAKK Architecture.  Image © Fabian Dejtiar

Les activités proposées s’adressent à tous les publics, avec des langues et des formats si divers qu’ils permettent une réflexion collective dans un cadre participatif. Lors de l’inauguration, les cinq installations d’architecture éphémère (MAIO, LEA Atelier et TAKK Architecture, Ojo Estudio, FLEXOARQUITECTURA et ELISAVA) et une série d’installations de réalité augmentée (Queer de Triomf, Landlord Open House, Les auguries, La place au bout du le métaverse, Colon-ising Port et CIUTAT SAFAREIG) étaient déjà disponibles.

5 Installations Inaugurent le Festival des Architectures Modèles de Barcelone, Arca de Convivencia / Ronda de Sant Antoni.  Equipe: LEA Atelier et TAKK Architecture.  Image © Fabian Dejtiar

Au cours des prochains jours, il y aura des débats divisés en trois domaines : « Model Thinking », une série de conférences et de tables rondes avec des participants locaux et internationaux ; « The Barcelona Protocol », qui présente un manifeste d’intentions au sein de « X-Change Model : CPH/BCN » ; et « Model Hour », qui amènera des débats informels dans les espaces des installations architecturales éphémères. De plus, il y aura les deux expositions « 99+ Imaginary » à la Fondation Enric Miralles et « CPH/BCN » au DHUB (une sélection d’un important groupe de projets des villes de Copenhague et de Barcelone, nominé depuis 1988 pour le Prix ​​de l’Union européenne pour l’architecture contemporaine – Prix Mies van der Rohe).

Arca de Convivencia / Ronda de Sant Antoni.  Equipe: LEA Atelier et TAKK Architecture.  Image © Fabian Dejtiar

Seront également disponibles des livres modèles, une sélection de publications de différents éditeurs internationaux disponibles sur la Plaça Reial qui promeuvent et diffusent des œuvres et des idées dans le domaine de l’architecture, et des itinéraires, une collection de podcasts enregistrés en format immersif sous forme d’audioguides pour écouter via des plateformes ouvertes. Il y aura des visites de différents points clés de la ville, des ateliers pour tous les goûts qui permettent aux citoyens de se mettre temporairement dans la peau d’un architecte, 10 festivités d’architecture, une pour chacun des quartiers de la ville, et le BARQ-Barcelona International Architecture Film Festival.

Arca de Convivencia / Ronda de Sant Antoni.  Equipe: LEA Atelier et TAKK Architecture.  Image © Fabian Dejtiar

Tout cela a été porté par plus de 120 participants invités du monde entier, dont Maarten Gielen (ROTOR), Carolyn Steel, Rafael Moneo, Carme Pinós, Rose George, Reinier de Graaf (OMA), Amica Dall/Asemejo, Elizabeth Duval , Battle I Roig, La Col, Cooking Sections, Camilla van Deurs, Jill Stoner, Ricky Burdett, Maria Rubert, Josep Maria Montaner, Peris+Toral, Anna & Eugeni Bach, Elisenda Solsona, Areti Markopoulou, parmi tant d’autres.

À travers les cinq installations d’architecture éphémère situées dans un circuit de Ciutat Vella, à commencer par la Plaça de Catalunya, la dalle de Sant Antoni, la Plaça Idrissa Diallo, le Passeig de Lluís Companys et la Plaça Reial, les cinq grands thèmes de cette édition du festival sont explorés, chacune enracinée dans un espace de la ville : Entre-classes, Entre-cultures, Entre-espèces, Entre-générations et Entre-matières. Ceux-ci étaient sans aucun doute au centre de l’attention du public. Découvrez ci-dessous un premier aperçu des installations architecturales éphémères.

Arca de Convivencia / Ronda de Sant Antoni.  Equipe: LEA Atelier et TAKK Architecture.  Image © Fabian Dejtiar

Arche de Coexistence / Ronda de Sant Antoni

Equipe : LEA Atelier et TAKK Architecture

En marchant le long de la plate-forme laissée par l’ancien marché temporaire de Sant Antoni, un artefact mobile abrite une multitude d’arbres, de plantes, d’arbustes et d’insectes. L’arche rappelle l’urgence de créer des espaces publics pour inverser les effets du réchauffement climatique et stimuler la biodiversité.

Arca de Convivencia / Ronda de Sant Antoni.  Equipe: LEA Atelier et TAKK Architecture.  Image © Fabian Dejtiar

L’installation intègre des espèces de climats, d’altitudes et de paysages variés du monde entier et comprend des hôtes de toutes sortes : des espèces capables d’absorber dix fois plus de CO2 que d’habitude aux espèces comestibles qui ouvrent de nouvelles possibilités pour notre souveraineté alimentaire, ou capables de faire appel à d’autres agents par l’établissement de relations mutualistes, locataires ou symbiotiques.

Arca de Convivencia / Ronda de Sant Antoni.  Equipe: LEA Atelier et TAKK Architecture.  Image © Fabian Dejtiar

Cuisine Urbaine / Plaza Cataluña

Équipe: MAIO

Il s’agit d’une cuisine urbaine au centre de la Plaça de Catalunya qui est le cadre de diverses activations culinaires où de nouveaux modèles sur la relation entre la nourriture et la ville, son impact sur le climat et son lien avec la justice sociale seront présentés et discutés.

Cocina Urbana / Plaza Cataluña.  Equipe: MAIO.. Image © Fabián Dejtiar

Lors de l’inauguration, Cooking-Sections a joué – une équipe formée par Daniel Fernández Pascual et Alon Schwabe qui examine les systèmes qui organisent le monde à travers la nourriture. Aussi, avec la participation de Plataforma Aprofitem els Aliments et Comedores Populares de Lima.

Cocina Urbana / Plaza Cataluña.  Equipe: MAIO.. Image © Fabián DejtiarCocina Urbana / Plaza Cataluña.  Equipe: MAIO.. Image © Fabián Dejtiar

Inverser la Pyramide / Plaza Idrissa Diallo

Équipe: Ojo Estudio

Revertir la Pyramide / Plaza Idrissa Diallo.  Equipe: Ojo Estudio.  Image © Fabian DejtiarRevertir la Pyramide / Plaza Idrissa Diallo.  Equipe: Ojo Estudio.  Image © Fabian Dejtiar

L’ancienne Plaza Antonio López s’appelle Plaza Idrissa Diallo depuis mars de cette année. Il incarne l’héritage colonial de la ville et a été le théâtre d’un des premiers exercices de resignification symbolique. Le socle vide offre l’opportunité de marquer sur le tissu urbain les empreintes laissées par les différentes formes de domination et d’exploitation qui segmentent encore la ville.

Revertir la Pyramide / Plaza Idrissa Diallo.  Equipe: Ojo Estudio.  Image © Fabian DejtiarRevertir la Pyramide / Plaza Idrissa Diallo.  Equipe: Ojo Estudio.  Image © Fabian Dejtiar

L’installation, une structure d’échafaudage supportant une surface en bois, propose d’inverser cette pyramide des classes et d’élever sur ce socle un espace public collectif pour tous – un lieu pour réfléchir et voir la ville et la mer sous un autre angle.

Revertir la Pyramide / Plaza Idrissa Diallo.  Equipe: Ojo Estudio.  Image © Fabian Dejtiar

Mémoire Chronotopique / Paseo de Lluís Companys

Équipe: FLEXOARQUITECTURA

Cette installation présente une réflexion sur les flux de matière de l’architecture passée et future.

Memoria Cronotópica / Paseo de Lluís Companys.  Equipe: FLEXOARQUITECTURA.  Image © Fabian Dejtiar

Face aux décombres de l’architecture dus au changement d’usage, est-il possible d’évaluer sa pérennité et sa reprogrammation ? Quels autres programmes le Palais des Beaux-Arts ou l’ancien palais de justice pourraient-ils accueillir aujourd’hui ? Quelle architecture aurait pu profiter des sols, du mobilier ou des fenêtres du palais de justice ? Qu’aurait-on pu faire du triple orgue et des pierres de Montjuïc des murs porteurs du Palais ?

Memoria Cronotópica / Paseo de Lluís Companys.  Equipe: FLEXOARQUITECTURA.  Image © Fabian Dejtiar

Face aux vides urbains, en transition entre une architecture renversée et une autre à venir, serait-il possible de les activer provisoirement tout en respectant la diversité et la richesse de leur flore et faune en croissance spontanée ?

Memoria Cronotópica / Paseo de Lluís Companys.  Equipe: FLEXOARQUITECTURA.  Image © Fabian Dejtiar

Occuper le centre avec le mot / Plaza Real

Équipe: ELISAVA | Roger Paez (réalisation), Manuela Valtchanova, Albert Fuster, Toni Montes

Ethel Baraona (Libros Modelo).  Image © Fabian DejtiarEthel Baraona (Libros Modelo).  Image © Fabian Dejtiar

La Plaza Real devient le centre des débats sur l’architecture, la ville, le design et la société. L’intervention temporaire sur la place cherche à générer des conditions optimales où se produisent à la fois les rencontres et les désaccords, le consensus et la controverse -toujours à travers les mots-.

Ocupar el centro con la palabra / Plaza Real.  Equipe : ELISAVA.  Image © Fabian DejtiarOcupar el centro con la palabra / Plaza Real.  Equipe : ELISAVA.  Image © Fabian Dejtiar

Pour cette raison, la fontaine des Trois Grâces de la Plaza Real sera couverte, occupant temporairement le centre de la place avec une structure qui encourage son appropriation par tout citoyen qui souhaite prendre la parole.

Ocupar el centro con la palabra / Plaza Real.  Equipe : ELISAVA.  Image © Fabian Dejtiar

« Occuper le centre avec le mot » a une signification infrastructurelle autant que symbolique – c’est un système spatial qui facilite le débat en transformant temporairement l’espace public et, en même temps, c’est un manifeste pour une ville ouverte.

Ocupar el centro con la palabra / Plaza Real.  Equipe : ELISAVA.  Image © Fabian Dejtiar

Consultez la liste complète des activités sur model.barcelona et découvrez notre couverture sur Model. Festival d’architecture de Barcelone.

Source: АrсhDаilу

Leave a Reply